Le soleil luit

J’ai trouvé cette chanson en cherchant Le Déserteur. C’est souvent le cas pour moi: j’aime des anthologies, des compliations, parce qu’elles me mènent aux choses nouvelles.

Le soleil luit
Sur la ville  et sur les champs
Tout là-bas un paysan
Suit sa charrue en chantant

Deux messieurs bien
Parlant de chasse et de chien
Dans un bar américain
Boivent le whisky du matin

Un enfant bleu
Dans son berceau de bois blanc
Fermant ses yeux innocents
Meurt tout doux tout doucement

La Seine plie
Sous le ventre des chalands
Sur la berge deux enfants
S’enlacent en souriant

Cent mineurs crient
Sous le poids d’un continent
Là-haut passe un régiment
Il y aura dix survivants

Le soleil luit
Sur la ville et sur les champs
Le soleil luit…

The sun shines
on the city and on the fields
over there a farmer
sings as he follows his plow

Two fine gentlemen
talk about hunting and dogs
in an American bar
while they drink their morning whisky

A blue child
in its pine cradle
closes its innocent eyes
And die quietly, softly

The Seine bends
under the bellies of barges
on the banks two children
hug one another and laugh

A hundred miners cry out
under the weight of a continent
Above, a regiment passes
Only ten will survive

The sun shines
on the city and the fields
the sun shines…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *