Gleann Bhaile Chaoil – Vallon Ballachulish

La charrette se déplace à nouveau!

J’essaierai (encore une fois) écrire ici plus souvent. Je recommence avec cette chanson gaélique. Comme de nombreuses chansons des Highlands, on trouve ici un mélange de la louange et la douleur.

La chanteuse (ici, Karen Matheson) parle de la beauté de son gleann (vallon en français; en anglais, glen, mot qui vient de gaélique), même si elle n’est pas là pour le voir.

Sur son site, Karen Matheson dit que la mélodie est victorienne (donc, pas vraiment gaélique) mais qu’elle a toujours aimé cette chanson. Elle donne les paroles de trois des versets de la chanson; j’en ai trouvé un autre ailleurs, mais seulement en gaëlique (que je ne parle pas). Avec l’aide d’un dictionnaire gaëlique-anglais, j’ai fait ma traduction en anglais.

*** 12 novembre 2012: J’ai dû remplacer la vidéo; celui que j’avais mis ici ne jouerait plus dans un billet de blogue. Voici ce que Karen Matheson dit au début:

Pendant que je faisais des recherches pour (son nouveau album), je m’ai tourné vers les influences de mon enfance à Taynuilt (petit village à Argyle) sur la côte ouest (de l’Écosse), et toutes les chansons que j’y ai appris de mon professeur fantastique, Mmm (?), et de ma grand-mère. Cette chanson suivante est une que j’ai juré que je n’aurais jamais enregistré, parce que ce n’était qu’une de ces chansons que vous avez entendu toutes les semaines au ceilidh local.

(Un ceilidh [le mot gaélique se prononce comme “quai lit”] est une fête musicale, informelle, traditionelle, en Écosse.)

Il y avait un “bodach” vieux (un vieillard) qui la chantait. Je me disais, eh, je ne la chanterai jamais, beaucoup moins la enregistrer. Et voilà, j’ai fait finir par l’avoir enregistrée, et elle est devenue une de mes chansons les plus préférées. C’est toute simplement un témoinage d’une belle chanson, quelque chose qui ne vous laissera pas seule. Vous allez au lit le soir et elle joue dans la tête. Alors, elle s’agit de vallon Ballaculish, et pour moi, elle évoque ces images de mon enfance sur la côte ouest. Des souvenirs heureux. Elle s’appelle “Gleann Bhaile Chaoil.”

When I was doing research for (her album), I was drawing on influences from my childhood growing up in Taynuilt (in Argyle) on the west coast (of Scotland), and all the songs that I learned there from my fantastic teacher, Mrs. (name unclear), and from my own grandmother.  This next song is one which I vowed I would never record because it was just one of these songs tht you heard every week at the local ceilidh. There’d be an old bodach (an old guy) singing it and I used to say, well, I’m never singing that, far less record it. And lo and behold, I did end up recording it, and it’s become one of my very favorite songs. It’s just testimony to a beautiful tune, something that won’t leave you alone. You go to bed at night and it’s just going round in your head.  So it’s about Ballaculish glen and for me it just evokes these images of growing up on the west coast. Happy memories.  It’s called Gleann Bhaile Chaoil.

Seist / chœur / chorus

O nach robh mi thall ‘s a’ ghleann a’ fuireach
O nach robh mi thall an Glean Baile Chaoil
Nan robh mise thall ‘s a’ ghleann a’ fuireach
Chan fhàgainn e tuilleadh glean lurach mo ghaoil.

O, que j’habitasse dans le vallon
O, que je sois là dans le Vallon de Ballachulish
Si j’y habitasse, dans le vallon
Je ne le quitterais jamais,
Mon beau, bien-aimé vallon.

O, that I were living in the glen
O, that I were over in Gleann Baile Chaoil
If I were living over in the glen
I would never leave it again, my beautiful, beloved glen.

‘S a’ mhadainn ‘n uair dh’ eirinn gun eislean gun ghruaim
‘S e thug solas do m’inntinn bhith sealltainn riut suas
Chaneil glean eil’ air Gaidhealtachd bheir barr ort an snuadh;
Gur mis ha fo chradh-lot bhith ‘n drasd cho fad uait.

Quand je me levais le matin, sans souci ou mécontentement,
Ce qui fait le bonheur de mon esprit, il était de regarder vers toi
Il n’y a aucun autre endroit dans les Highlands qui peut te correspondre en apparence
C’est moi qui est abattu, étant actuellement si loin de toi.

In the morning when I’d arise, without worry or discontent
What brought happiness to my mind was to look up towards you
There is no other glen in the Highlands to match you in appearance
It is I who is dejected, presently being so far from you.

Seist / chœur / chorus

Gleann farsaing, fìor mhonadh, dhìrinn e suas,
Gleann maiseach fìneagach ‘s mìorbhaileach tuar;
Ri samhradh is geamhradh do chleòca cho uain’;
Chan eil nì a rinn nàdar nach fàs air do bhruaich.

Vallon large, montagne vraie, droite et haute
Un beau vallon, élégante et merveilleuse dans ta teinte
En éte et en hiver, ton manteau est toujours vert
Rien fait par la nature peut surpasser tes rives.

[ma propre traduction en anglais]

Wide glen, true mountain, straight and high
A beautiful glen, elegant and wondrous in its hue
In summer and in winter, your cloak is ever green
Not a thing made by nature surpasses your banks

Nuair dh’ éireas a’ ghrian air bu chiatach bhith ann,
‘Si cho fial flathail coibh-neil a’ boillsgeadh air chrann
I dùsgadh nan lòn-dubh ‘s nan smeòrach air ghéig
Chur fàilte l’en ceòl air a mórachd ‘san speur.

Quand le soleil y brille, il est agréable d’être là
Le soleil brille sur les arbres, si généreusement, gracieusement, chaleureusement
En éveillant les merles et les grives sur les branches
À annoncer aux cieux sa majesté.

When the sun rises on it, delightful it is to be there
The sun so liberally, gracefully and warmly shining on the trees
Awakening the blackbirds and thrushes on branches
To proclaim with their music its majesty in the heavens.

Seist / chœur / chorus

2 thoughts on “Gleann Bhaile Chaoil – Vallon Ballachulish”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *