Réveille

Je viens de découvrir cette chanson de Zachary Richard. Il est Cajun–c’est-à-dire, ses aïeux étaient des acadiens qui sont venus à la Louisane après le Grand Dérangement.  Au commencement, il dit:

Je lance un appel au secour de la part des acadiens de la Lousiane. On a tombé de la falaise, mais on n’a pas encore touché la terre.

La prochaine génération louisiane sera la première probablement de parle pas le français depuis deux cent ans — ou de comprendre que, à sauvegarde la langue française, c’est pas d’empecher l’assimilation des paroles anglo-américaines dans vocabulaire, mais c’est d’empecher l’assimilations de la communauté francophone à la frontière.

(I call for help on behalf of the Acadiens of Louisiana. We have fallen off the cliff, but we have not yet struck the ground.  The next generation in Louisiana will probably be the first in two hundred years not to speak french, or to understand that preserving the French language does not mean preventing the assimilation of Anglo-American words into our vocabulary — but preventing the assimilation of the French-speaking community on the border.)

L’histoire du Grand Dérangement m’intéresse beaucoup, à la fois que je suis né en Nouvelle-Écosse et que certains de mes propres ancêtres ont été forcées de quitter ses Highlands de l’Écosse.

On peut dire que chaque peuple a ses propres histoires tristes. Peut-être nous ne saurons jamais lesquelles des Malécites, des Micmacs, ou des Passamaquoddy, qui vivaient au Canada (ou ce que nous appelons maintenant Canada) depuis des centaines d’années avant Samuel de Champlain, Jean Cabot, ou Christophe Colomb.

Mais la perte d’une histoire ne signifie pas qu’une autre ne vaut pas dire. Ce n’est pas une question de faire rancune à quelqu’un ou de déterrer la hache. Pour moi, c’est plus une question de mieux comprendre le sort d’autres personnes et d’autres temps, et de découvrir ce que je peux apprendre.

Réveille, réveille,
C’est les goddams* qui viennent,
Bruler la récolte.
Réveille, réveille,
Hommes acadiens,
Pour sauver le village.

* Zachary Richard dit sur son site que les acadiens ont appelé les soldats qui les ont expulsés les “goddams” après le mot anglais goddamned (sacré) parce que c’était le mot le plus souvent parlé par ces hommes.

Réveille, awake,
The Goddams* are coming,
To burn the harvest.
Réveille, awake,
Acadians,
To save the village.

* Zachart Richard says on his web page that the Acadiens called the soldiers who expelled them “goddams” because the English word “goddamned” was the one heard most from these men.

Mon grand-grand-grand père
Est venu de la Bretagne,
Le sang de ma famille
Est mouillé l’Acadie.
Et là les maudits viennent
Nous chasser comme des bêtes,
Détruire les familles,
Nous jeter tous au vent.

My great great great grandfather,
Came from Brittany,
The blood of my family
Has nourished Acadie.
And now the accursed ones come,
Chasing us like cattle,
Destroying the families,
Throwing us to the wind.

Réveille, réveille,
C’est les goddams qui viennent,
Bruler la récolte.
Réveille, réveille,
Hommes acadiens,
Pour sauver le village.

Réveille, awake,
The Goddams are coming,
To burn the harvest.
Réveille, awake,
Acadians,
To save the village.

J’ai vu mon pauvre père.
Il était fait prisonnier.
Pendant que ma mère, ma chère mère
Elle braillait.
J’ai vu ma belle maison
Était mise aux flammes,
Et moi je suis resté orphelin,
Orphelin de l’Acadie.

I saw my father
Made prisoner,
While my dear mother
Could not stop from crying.
I saw our beautiful home
Put to the torch,
And I have become an orphan,
An orphan of l’Acadie.

Réveille, réveille,
C’est les goddams qui viennent,
Voler la récolte.
Réveille, réveille,
Hommes acadiens,
Pour sauver le village.

Réveille, awake,
The Goddams are coming,
To steal the harvest.
Réveille, awake,
Acadians,
To save the village.

J’ai entendu parler
De monter avec Beausoleil.
Pour prendre le fusil
Battre les sacrés maudits.
J’ai entendu parlé
D’aller dans la Louisianne
Pour trouver de la bonne paix
Là-bas dans la Louisianne.

I have heard tell
Of going with Beausoleil
To take up arms
And fight the accursed ones,
I have heard tell
Of going to Louisiana,
To find peace
There in Louisiana.

Réveille, réveille,
C’est les goddams qui viennent,
Bruler la récolte.
Réveille, réveille,
Hommes acadiens,
Pour sauver le village.

Réveille, réveille,
C’est les goddams qui viennent,
Voler les enfants.
Réveille, réveille,
Hommes acadiens,
Pour sauver l’héritage.

Réveille, awake,
The Goddams are coming,
To burn the harvest.
Réveille, awake,
Acadians,
To save the village.

Réveille, awake,
The Goddams are coming,
To steal our children.
Réveille, awake,
Acadians,
To save our heritage.

2 thoughts on “Réveille”

  1. Quelle chanson triste et touchante!

    Zachary Richard est un artiste très populaire au Québec, surtout grâce à la chanson La Balade de Jean Batailleur.

  2. Pour moi, cette chanson rend de façon vivante une image du Grand Dérangement. Pas nécessairement toute l’image, mais je crois qu’il n’existe pas une seule, vraie image pour n’importe quel événement dans l’histoire.

    Je vais chercher La Balade de Jean Bataeileur.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *