La montre de mon grand-père

Mon grand-père, John David Macdonald, ëtait très habile dans des différents métiers. Il était charpentier, par exemple–en fait, il est venu au village d’Inverness pour aider à construire une église. Comme j’ai écrit ici, il y avait beaucoup des gens nommés Macdonald (ou MacDonald, ou McDonald, ou…), et de nombreux nommés John Macdonald. Alors, de la même manière que les gens au Canada français utilisent des dit-noms, mon grand-père a réçu le “style” Jack D.

Un peu ironique, son travail sur l’église, parce qu’il était protestant–la stricte, calviniste protestantisme de l’Écosse–bien que l’église était Stella Maris (Marie, l’étoile de la mer). Même si il y a beaucoup des protestants écossais, il y a aussi des catholiques. Sur l’Île de Cap-Breton, peut-être les deux tiers des personnes qui tracent leurs racines à l’Écosse sont catholiques.

Photo de Jimmy Emerson, http://www.flickr.com/people/auvet/

Cela peut expliquer pourquoi, après quelques mois à Inverness, il a épousé une jeune fille catholique. C’était le cas aussi avec son bon ami, Matthew Ferguson:  propriétaire d’un petit magasin, protestant comme Jack D, mari comme Jack D d’une jeune fille catholique, et (evennement, comme Jack D) mon grand-père.

Jack D était aussi mécanicien. En ces (les 1910s, disons), Inverness comptait une mine de charbon. Un train a porté le charbon de la mine sud à la Nouvelle-Écosse continentale. Il y a 100 ans, Jack D était le chauffeur d’une locomotive qui a déraillé; le mécanicien a été tué.

Voici une photo. La légende dit (en anglais):

Canadian Northern 4-6-0 [le type de locomotive] #79, renuméroté 1219 et plus tard Inverness #1. À Glendyer le mécanicien William Campbell a été tué, le chauffeur John D. MacDonald blessé.

Moi, je ne voudrais pas être si blessé–et échaudé par la vapeur de la locomotive–en 1912. Mais Jack D a survécu et a vécu à 81.

Je viens de rentre de rendre visite à sa fille, ma mère, qui aura 94 ans en trois semaines. Elle m’a donné un cadeau–la montre de poche qu’il a utilisé en travaillant sur le chemin de fer.  J’écrirai plus de cette cadeau.

2 thoughts on “La montre de mon grand-père”

  1. Mon grand-père aussi était charpentier.
    Il n’y avait pas beaucoup de protestants par chez nous. Mais parmi les premiers habitants de Lac-Etchemin, le village voisin, il y avait un couple d’Irlandais: la femme était protestante et son mari catholique. La femme s’est convertie au catholicisme sur son lit de mort.

  2. Il y avait apparemment beaucoup de ces “mixed marriages” (marriages mixte) en ce temps-là. Je crois que j’ai lu que, sur Cap-Breton, presque 2/3 des écossais étaient catholiques. Alors, peut-être c’était difficile pour un jeune protestant de trouver un conjoint?

    Mon père m’a dit que son grand-père (avec le même nom, Hugh Ferguson) était protestant; la grand-mère était catholique. Quand son mari est mort et ils sont venus pour retirer son corps, elle a bloqué l’embrasure et y restait pendant qu’elle avait dit tout un chapelet. Elle avait 80 ans.

    Finalement, est est allé habiter avec son fils, mon grand-père, qui comme son propre père était protestant. Mon grand-père est allé à l’église catholique et a demandé si l’un des prêtres pouvaient parler gaélique, parce que ma arrière-grand-mère parlait à peine anglais du tout.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *