Oran na Cloiche (La chanson de la pierre)

La pierre du destin, selon Wikipedia, est “est un bloc de grès, utilisé dans les rituels de couronnement au Royaume-Uni.” C’est assez vrai, mais à l’origine, elle était la pierre sur laquelle les rois de l’Écosse ont été couronnés–bien avant le Royaume-Uni.

Ensuite, en 1296, Édouard Ier d’Angleterre a pris la pierre et l’a emporté à Londres. Pendant 700 années, les rois et les reines d’Angleterre ont été couronne assis sur la Chaise de Couronnement, à l’abbaye de Westminster.  Cette chaise a une étagère spéciale construit pour accueillir la pierre du destin:

La chaise du Roi Édouard et la pierre du destin

Pourquoi couronné au-dessus la pierre?  Selon la légende, on doit être couronné sur la pierre pour être le roi des écossais.

Il y a beaucoup des légendes sur cette pierre–Saint-André l’apôtre est dit de l’avoir apporté à l’Écosse de la Terre Sainte, par exemple.

Ceci, cependant, n’est pas une légende, mais la vérité: en 1950, quatres étudiants écossais ont volé la pierre de Westminster et, après l’avoir caché ailleurs, l’ont retourné en Écosse.

A’ Chlach a bha mo sheanmhair
‘S mo sheanair oirre seanchas
Air tilleadh mar a dh’fhalbh i
Mo ghalghad a’ Chlach
‘S gur coma leam i ‘n Cearrara
An Calasraid no ‘n Calbhaigh
Cho fad’ ‘s a tha i ‘n Albainn
Nan garbhlaichean cas

La pierre dequelle ma grand-mère et mon grand-père avaient parlé
est retourné de la même manière qu’elle a quitté
Ma pierre courageuse
et je m’en fous si elle est à Kerrara, Callendar, ou Calvay
aussi longtemps qu’elle est en escarpé, accidenté Écosse.

The Stone that my grandmother
And grandfather used to talk about
Has returned as it left
My brave Stone
And I don’t care whether it’s in Kerrera
Callendar or Calvay
As long as it’s in
Steep, rugged Scotland

Sèist / Chœur / Chorus:
‘S i u ro bha ho ro hilli um bo ha
Hilli um bo ruaig thu i hilli um bo ha
‘S i u ro bha ho ro hilli um bo ha

(Ces mots-ci s’appellent en anglais vocables,
des mots sans signification dans une chanson,
comme “la la la” ou “di di di.”)

Ga cur an àite tearmainn
A chumas i gu falachaidh
‘S nach urrainn iad, nach dearg iad
Air sgealb dhith thoirt às
A’ Chlach a chaidh a dhìth oirnn
Air faighinn às an ìnean
‘S gu deimhinne, ma thill i
Tha ‘n nì sin gu math

D’être mis dans un lieu de refuge qui le cachera en toute sécurité
de sorte qu’ils ne peuvent pas le trouver, ils ne perviendront pas
à retrouver un seul fragment de celui-ci
la pierre qui nous a été enlevé,
arraché de leurs mains, et certainement,
si elle est de retour, c’est une très bonne chose.

To be put in a place of refuge
Which will conceal it safely
So that they can’t, they won’t manage to
Remove a single fragment of it
The Stone that was lost to us
Prised from their grasp
And certainly, if it has returned
That’s a very good thing.

Mionnan air fear deàrnaidh
Gach màthair is mac
Nach leig sinn ann an gàbhadh
Am fear a thug à sàs i
‘S a mhiontraig air a teàrnadh
À àite gum tlachd
Ma chuireas iad an làmh air
Chan fhuilear dhuinn bhith làidir
Is buill’ thoirt air a thàillibh
Le stàilinn amach.

Jurons-nous par notre main
chacun et chacune d’entre nous
que nous ne permettrons rien à mettre endanger
l’homme qui l’a délié et a osé de le sauver
d’un endroit désagréable
S’ils mettent une seule main sur lui
nous devons être forts
et frapper un grand coup pour lui avec l’acier

Let us swear by our hand
Each and every one of us
That we will allow nothing to endanger
The man who unloosed it
And dared to rescue it
From an unpleasant place
If they lay hands on him
We’ll need to be strong
And strike a blow for him
Using steel

‘S bha ‘m Ministear cho tùrsach
Sa mhadainn nuair a dhùisg e
‘S praban air a shùilean
A’ tionndadh amach
E coiseachd feadh an ùrlair
Ag ochanaich ‘s ag ùrnaigh
‘S a’ coimhead air a’ chùil
Anns an d’ ionndrainn e Chlach

Le ministre était tellement douloureux quand il s’est réveillé ce matin
ses yeux étaient fatigué alors qu’il commençait
en marchant le plancher
avec des soupirs et des prières
tout en regardant le coin
où il a découvert que la pierre avait disparu.

The Minister was so sorrowful
When he woke that morning
His eyes bleary
As he turned out
Walking the floor
Sighing and praying
And looking at the nook
Where he’d found the Stone missing

Sin far robh an stàireachd
‘S an ruith air feadh an làir ann
Gun smid aige ri ràidhtinn
Ach “Càit ‘n deach a’ Chlach?
‘S a Mhoire, Mhoire, Mhàthair
Gu dè nì mise màireach
Tha fios a’m gum bi bhànrainn
A’ fàgail a beachd”

Il y avait beaucoup d’arpenter et de courir autour de la salle
et il ne peuvait rien dire que
“La pierre–où est-elle allée?”
et “Par la Sainte-Mère, qu’est-ce que je ferai demain?
Je sais bien que la Reine sera hors d’elle-même!”

There was much pacing
And running ’round the floor
And all he could say was
“Where did the Stone go?”
And, “By the Holy Mother
What will I do tomorrow?
I know the Queen
Will be beside herself”

Gun tuirt e ‘s dath a’ bhàis air
“Cha chreidinn-sa gu bràth e
Gu togadh fear bho làr i
Nach b’ àirde na speach
Tha rudeigin an dàn dhomh
‘S gun cuidicheadh an tÀgh mi
Bha’ n duine thug à sàs i
Cho làidir ri each”

Il a dis avec un air pâle comme la mort,
“Je n’aurais jamais cru
que cela aurait pu être soulevé du sol
par quelque chose pas plus grand qu’une guêpe.
Quelque chose va arriver à moi–
Dieu me pardonne
Celui qui l’a desserré
il doit être fort comme un cheval.

Said he, looking deathly pale
“I’d never have believed
It could have been raised from the floor
By someone no bigger than a wasp
Something is to happen to me
And Heaven help me
The man who unloosed it
Must be as strong as a horse”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *