Breisleach / Délire / Delirium

Les paroles de cette chanson ont été écrites par Aonghas MacNeacail, un poète qui écrit en gaélique  (comme ici) et en anglais. Il a collaboré avec Donald Shaw sur cette chanson; Shaw est cofondateur du groupe Capercaillie, dont la chanteuse Karen Matheson est sa femme.

Breisleach / Délire / Delirium

Chaidh mi ‘n-de dhan choille challtainn
Shireadh chnothan airson bladh
Ach ‘s e bh’air a h-uile geug ach
D’aodann-sa gam thriall.
Chaidh mi ‘n-dé gu tràigh a’ mhaoraich
Lòn de choilleagan a bhuain
Nochd a h-uile slige neamhnaid
D’ailleachd-sa a luaidh

Je suis allé hier au bois de noisetiers
Cherchant des noisettes pour la nourriture
Mais sur toutes les branches et rameaux
était ta visage poursuivante.
Je suis allé hier à la côte fertile
À recueillir des coques pour un repas
Chaque coquille unique a été rempli avec
Ta beauté, mon amour.

I went to the hazelwood yesterday
Seeking hazelnuts for food
But on every branch and twig
Was your pursuing face.
I went to the fertile shore yesterday
To gather cockles for a meal
Every single shell was filled with
Your beauty my love

Chaidh mi staigh dhan aon taigh-osda
Son do sgiursadh as mo cheann
H-uile glainne thog mi thaom do
Mhaiseachd aist’ na deann.
Chiaon mi trath a-raoir dhan leabaidh
Thusa ruagadh as le suain
Ach cha tug thu cead dhomh cadal
Gus an deanainn duan

Je suis allé à la taverne
De t’expulser de ma tête
Chaque verre que j’ai levé, ta beauté
Débordait de lui.
Je me suis couché tôt hier soir
T’echapper dans le sommeil
Mais tu m’a tenu éveillé jusqu’à
Je te ferais une chanson.

I went into the alehouse
To expel you from my head
Every glass I raised your beauty
Overflowed from it.
I went early to bed last night
To escape you in sleep
But you kept me awake till
I’d make you a song

Dh’larrainn-sa bhith saor od thoireadh
Ach gu bheil sinn rointt o chell’
Do chumadh bhith an ait’ do shamhla
Agam bhios an fheill.
Dh’fhag thu mi ‘nam bhaothair gorach
Bodhradh chairdean le do chilu
Nuair a thig thu chi lad nach eil
Mearachd ann am fhiu

Je voudrais que nous nous avons été déchiré
Si nous n’étions pas éloignés
Que ta présence remplacerait mon image de vous
Et comment je me réjouis.
Tu m’as amené à babillage insensé
Je fatigue mes amis en parlant de toi
Lorsque tu reviens, ils verront que
Mes paroles sont vraies.

I’d wish we were torn asunder
Were we not apart
Let your presence replace my image of you
And how I’d rejoice.
You’ve brought me to foolish babbling
Tiring your friends with praise of you
When you return they’ll see that
My words are true

Chi lad sgurr a’ danns le saobh-shruth
Famh is iolair’ anns an ruidhl’
Stamh gu caomh ag altram subh-lair
Mireadh mu an suil
Chi iad mis’ is thusa sugradh
Bil ri bil ar n-anail aoint’
Cniadachadh mar seo gu sior le
Cheile b’e ar maoin

Ils verront des montagnes qui dansent avec des rides,
La taupe et l’aigle dansent un réel,
Framboise rouge, tenu par varech gentil,
Sportives sous leurs yeux,
Il verront toi et moi qui faisons la fête
Lèvre contre lèvre, notre souffles comme un
Caressant ainsi, pour toujours,
Ensemble, notre récompense

They’ll see mountains dance with ripples
Mole and eagle step the reel
Red rasp held by kind sea-tangle
Sport before their eyes
They’ll see you and me make merry
Lip to lip our breath as one
Caressing thus forever
Together our reward.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *