Comment les écossais jouent des jeux

Il y a quelques années, je suis allé à un festival écossais avec une de mes filles et ses trois petite filles, qui avaient en ce temps-là, disons, 3, 5, et 7 ans.

Ces festivals sont très faciles à trouver aux États-Unis et au Canada: le 19 janvier en Floride, un autre là le 23 fevrier, un troisième le 3 mars (très écossais, ces floridiens); et puis 11 en plus avant le fin de mai.

Chacun des ces festivals a son propre caractère, mais il est très probable qu’ils auront tous des spectacles musicaux, des événements sportifs, alimentaires écossais, des costumes, la danse, et beaucoup de gens à la peau claire, taches de rousseur et les cheveux roux.

Vous écouterez sans doute des bandes de cornemuse–en fait, vous ne serez pas capable d’y échapper. Moi, j’aime beaucoup la cornemuse, surtout à l’extérieur. Les Virginia Scottish Games (Jeux écossais de Virginie) se déroulent à Great Meadow (Grand Pré), près des montagnes Blue Ridge, qui me souvient de l’Écosse. Fermez vos yeux et imaginez la musique des cornemuse comme elle vole sur le vent sur les collines.

Pourquoi “jeux?” Parce que ces festivals ont souvent de la concurrence dans sept différentes épreuves d’athlétisme. Parce exemple, putting the stone (lancer la pierre). Cet événement est comme lancer du poids, aux jeux olympique, mais avec une pierre tirée d’une rivière, une pierre de 5,9 à 12,7 kilogrammes.

Ici, un homme la lance 16,75 mètres.

L’événement le plus célèbre est le caber toss (le lancer de tronc d’arbre). Le caber (un mot qui vient de gaélique) est un poteau de bois souvent plus de 5 mètres de long; il pèse entre 35 et 60 kilogrammes.

Le but du lancer est de lui faire faire un demi-tour complet, et de le faire tomber en ligne droite, loin du lanceur. Voici Sebastian Wenta ayx jeux écossais à Callander, en Écosse, en 2007:

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *