Au Ranch à Willie (At Willie’s Ranch)

view in englishIl y a quelques années, j’ai entendu pour la première fois la chanson de Zachary Richard, Le ranch à Willy. J’ai cru que c’était peut-être un whiskey bar en Louisiane. Mais j’ai appris que «Le Ranch à Willy» était en fait un programme télevisé au Québec. Zachary Richard lui-même a dit:

Mon premier passage à la télévision était en 1974 à l’émission «Le ranch à Willy» à Montréal. L’animateur Willy Lamothe était et resera selon moi le plus grand des chanteurs country western du Québec.

Voilà je decouvrais le phénomène de la musique country western de Québec et aussi Willie Lamothe, qui a pratiquement créé la musique western (comme elle est connue au Canada francophone).

Cette musique western existe encore, comme vous pouvez voir chaque septembre au festival de Saint-Tite, ou avec un playlist je viens de trouver sur YouTube: Franco-Country (89 chansons!).

Mais je veux retourner à la chanson de Zachary Richard. Pour moi, c’est un hommage affectueux à Willie et sa émission. Un chanteur (peut-être pas un bon chanteur) rêve de devenir une star.

La voici, chanté par Revanche.

La nuit avant que je m’endors
Je ferme mes yeux très très fort,
Et je vois la scène et tous les gens devant.
Derrière le rideau, j’entends tous les bravos,
Dès que je joue mon premier accord.

Last night, just before I fell asleep
I closed my eyes tight
And I could see the scene, with all the people out front
From behind the curtain, I could hear all the bravos
As soon as I play my first chord

Refrain:
Quand moi je vais chanter au Ranch à Willie,
Huit heures et demi le mercredi au soir.
Tout le monde sera mon ami
Avant neuf heures moins quart,
Ils ne riront plus quand moi je vais devenir star.

When I get to sing on Ranch à Willie
At 8:30, Tuesday evening
Everybody’s going to be my friend
Before a quarter to nine
They’re won’t laugh any more when I’m a star.

Dans un rêve la Sainte Vierge est venu me visiter,
Habillée en blanc, ma couleur préférée.
Avec ses beaux yeux bleus, pendant que je lui tenais chaud,
Elle confirmait ce que j’ai toujours su.

In a dream, the Blessed Virgin came to visit me
Dressed in white (my favorite color)
With her beautiful blue eyes, while I looked at them warmly,
She confirmed what I’ve always known

Refrain

La première des journaux le lendemain matin
Parlera de l’arrivée d’un grand chanteur.
Mais je ne vais pas me gonfler, ni oublier mes amis
Qui étaient là pour moi la première fois.

The first editions, the morning after,
Will talk about the arrival of a great singer
But I’m not gonna get a big head, or forget my friends
Who were there for me the first time.

Refrain

Ca fait laissez les se moquer
De ma coupe de cheveux et de mes habits,
Et de mon grand nez très bizarre.
Quand ils viendront pour acheter leurs billets,
L’affiche dira: “Complet, tant pis, trop tard.”

So let them make fun of me —
Of my haircut and my clothes
And my strange, big nose —
When they come to buy their tickets
The sign’s going to say, “Sold out, too bad, too late.”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *